bandeau2019 mouette2

Devenir de la réforme des rythmes scolaires - épisode 2

Lors de la Commission Scolaire qui s’est tenue le 20 juin dernier, nous avons obtenu quelques informations concernant la mise en place de la réforme des rythmes scolaires pour la rentrée 2014...

 

  • Tout d'abord, c'est un retour en arrière complet :
  • On est tellement soucieux de ne pas reprendre une idée de l'équipe précédente, que l'on préfère tout remettre à zéro et recommencer. Quelle perte de temps pour les familles et le personnel enseignant et périscolaire. Que d'incertitude, d'angoisses générées par une telle attitude ! Et entre temps, on a perdu la volonté d'associer les enseignants, les parents. Fini le comité de pilotage ! Fini la concertation ! Fini la démocratie ! Heureusement, l'emploi du temps des classes a été adopté puisqu'il ne dépend pas de la Mairie mais de l'Inspecteur d'Académie. Ainsi est respecté le travail établi par ce comité de pilotage. 
  • Toutefois, l'actuelle municipalité a essayé de bifurquer.
  • Retour sur les faits :

la Municipalité souhaitait profiter du Décret du 7 mai 2014 mais le Directeur Académique a refusé cette demande. Pour rappel, il s’agissait de conserver les horaires de classe jusqu’à 16H30 les lundis, mardis et jeudis, d’intégrer le mercredi matin et de prévoir toutes les activités périscolaires le vendredi après-midi. Cette solution permettait peut être une meilleure organisation des mairies mais ne respectait plus du tout l’intérêt de l’enfant.

La Municipalité est donc revenue à l’emploi du temps qui avait été mis en place par le Comité de Pilotage. Horaires : 8H30-11H30 tous les matins dont mercredi / 13H30-15H45 l’après-midi. Après 15H45 : des activités seraient mises en place mais pour l’instant, aucunes données précises, rien n’est ajusté.

Mais avant d’être élus, les candidats avaient un projet.

La maîtrise des dossiers annoncée, leur avait certainement permis de prévoir cette réforme. Quelles étaient leurs propositions ? Qu’en est-il du projet de l’actuelle Municipalité ? Pourquoi ne sont-ils pas plus avancés et précis pour cette Réforme ?

Les associations du Bourget du Lac, qui pourtant étaient nombreuses à répondre à l’appel, semblent être très peu à l’arrivée. Et pourtant, elles avaient l’avantage de pouvoir promouvoir leurs activités tout en limitant leurs interventions pour ne pas nuire à leur développement. Cela permettait également aux enfants, d’accéder à une meilleure connaissance de leur environnement culturel, historique et naturel.

Les choix annoncés

On se dirige vers des clubs, des indépendants ou l’intervention du CLEM. Le tarif de ces activités oscille autour de 35€ l’heure. Le budget prévu explose : 125 000 € auxquels l’aide de l’état a déjà été déduite. Soit un coût d’environ 330 €/enfant et 3.5 fois plus que ce que l’ancienne municipalité avait prévu. Les chiffres avancés par la Municipalité sont basés sur l'évaluation faite dans les communes de la Motte Servolex et d'Aix-les-Bains. Mais ces communes ont-elles les mêmes objectifs et les mêmes besoins que nous ?

  • Aix-les-Bains prévoit une grosse enveloppe transport pour que les élèves d'élémentaire soient véhiculés vers les stades, les gymnases de la ville et autres structures collectives. Il n'en est rien au Bourget. Cette commune envisage également un ramassage des élèves le mercredi à 11H30 pour les acheminer vers les centres aérés. Rien de comparable avec Le Bourget. De plus, Aix a réservé une enveloppe assez conséquente (51 000€) pour l'achat de matériel. On est loin de la situation du Bourget.
En parallèle, voici les informations transmises par l'AMF (l'Association des Maires de France).

Globalement :

  • Moins de 15 % des communes évaluent le coût de mise en œuvre de la Réforme à moins de 100€ par enfant.
  • Pour près de 40 % des municipalités, il serait compris entre 101 et 150 €,
  • Pour 25% d'entre elles, entre 151 et 200 €
  • Et pour 15%, entre 201 et 300 €.
  • Enfin, 10 % l'évaluent à plus de 300 €, dont le Bourget.
  • Plus de 6 communes sur 10 estiment dépenser entre 100 et 200 € par élève.

Le coût de mise en œuvre de la Réforme est très variable, quelle que soit la taille des communes. 150 € est globalement un coût médian.

En tout état de cause, la Municipalité ne s'appuie que très peu sur les services périscolaires. Et pourtant, c'est un service de qualité proposé aux petits Bourgetains. 

Bien avant la Réforme,
  • des ateliers avaient été mis en place, 
  • les enfants avaient le choix entre une garderie simple et quelques activités mises en place grâce aux qualités, à la polyvalence et aux savoir-faire du personnel.
  • Pas un mot sur les études. Seront-elles proposées à nouveau, à quels élèves seront-elles destinées, par qui seront-elles gérées ?
Aujourd'hui,

Un nouveau sondage a été transmis aux familles. Toute l’organisation reste à mettre en place. D’ores et déjà, ces activités ne pourront être prévues pour la rentrée. Les enfants seront donc accueillis en garderie pendant une quinzaine de jours, d’après la Mairie ; mais certainement plus, le temps de prévoir les inscriptions et l’organisation adéquate.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir