bandeau2019 mouette2

travaux logements 2015

Oui, à l'action en faveur des réfugiés

Face aux drames humains que vivent les réfugiés qui se pressent aux portes de l’Europe, les réactions en France et dans les autres pays européens sont diverses : compassion, solidarité active, demande de fermeture des frontières par crainte d’un afflux massif.

BDSA sera du côté de la solidarité active.

Les élus de la minorité ont écrit une lettre à Madame le Maire pour que la commune du Bourget du Lac, en lien avec les initiatives de Bourgetains et d’associations locales, rejoigne les communes qui, avec le soutien financier et logistique de l’Etat, se sont portées volontaires pour accueillir des réfugiés.

Plus précisément, nous avons demandé que la commune fasse l’inventaire des logements disponibles pour mettre à disposition au moins un logement d’urgence pour le relogement temporaire de réfugiés, en procédant éventuellement aux travaux d’aménagement nécessaire. Ces aménagements permettront de doter la commune de logements aux normes pour reloger par la suite des personnes victimes d’un sinistre.

Nous le faisons :
  • Parce que, lorsque des hommes, des femmes des enfants fuient la guerre et la persécution, nous devons leur assurer un accueil à la hauteur de leur détresse. Certains Bourgetains qui ont vécu, dans le passé, cette expérience de l’exil peuvent témoigner de l’importance dans leur vie de l’accueil qu’ils ont trouvé dans notre pays. La France ne doit pas oublier son passé de terre d’asile.
  • Car la France a signé la convention de Genève sur le droit d’asile et doit honorer ses engagements. Pour les réfugiés, demander la protection n’est pas réclamer une faveur mais l’application d’un droit reconnu.
  • Parce que, contrairement à ce que certains gros titres laissent à penser, l’afflux des réfugiés aux portes ne prélude pas à une invasion massive. Il faut savoir qu’en ce qui concerne par exemple les réfugiés qui fuient au péril de leur vie la Syrie, l’immense majorité des quatre millions de réfugiés, 95% selon Amnesty International, sont accueillis par les Etats voisins le Liban, la Turquie, la Jordanie, l’Egypte et l’Irak. Par ailleurs, il est probable que beaucoup de réfugiés syriens qui avaient dans leur pays un logement et une situation voudront rentrer chez eux, la guerre terminée.
  • Parce qu’accueillir des réfugiés est affaire de cœur mais suppose aussi une organisation dans la durée. Il faut assurer cet accueil tout au long de la procédure de demande d’asile. Une collaboration entre les associations, les collectivités locales et l’Etat est indispensable. Il faut veiller à accompagner les personnes accueillies pour qu’elles s’intègrent dans notre pays, et cela ne peut se faire qu’avec la mobilisation de compétences diverses.

Dans cette perspective nous avons sollicité l’implication de la municipalité et l’inscription de cette question aux débats du Conseil municipal. Nous sommes disposés, bien évidemment, à nous associer aux actions qui seraient engagées par la commune.