bandeau5 effet 1350px

Un Plan de Déplacement Urbain sans le Bourget...

Et oui, voici l'amère réalité.

Après la mobilisation en 2015 et 2016 de plusieurs dizaines de bourgetains pour alerter la mairie et Grand Lac des conséquences de la réduction et des changements de l'offre en transports en commun, après une exclusion des membres de cette mobilisation à la concertation sur le PDU, après plusieurs mois d'étude de ce PDU, que constatons nous à la commision Transports à Grand Lac ?

Que les obligatoires réunions de concertations sur le PDU ont été menées par Grand Lac mais qu'un participant ne relevait du Bourget du lac. Aucun élu municipal de notre majorité n'y a siégé, et encore moins défendu les intérêts des bourgetains. Il faut dire que pour les défendre, il faudrait les connaître.

Les mois de pédagogie portés par de bénévoles bourgetains ont quand même permis à notre municipalité de découvrir plusieurs réalités communales : l'usage des bus par les scolaires et les enfants pour se rendre au SICAMS à la Motte Servoles, la dépendance de nos anciens pour se déplacer vers Chambéry et la Motte Servolex, l'installation de familles dans les hameaux totalement dépendantes du bus, mais aussi de l'intérêt de défendre les transports en commun face à la saturation annoncée de nos principaux axes routiers. Et en 1er lieu la RD 1504 qui avec le développement de Technolac touche désormais à une saturation de fréquentation en ehure de pointe qui s'étaler très vite sur des plages haoraires plus larges avec l'installation à venir du hameau des Granges. 

Bref, le PDU, document contractuel qui dessine l'ogranisation des transports à l'échelle des 5 à 10 prochaines années prend tout son sens dans l'étau dans lequel est enféré notre commune.

Un étau par sa situation géographique : à la limite de 2 agglomérations incapables de s'entendre pour élaborer une offre commune de transports en commun, qui partage son territoire avec le plus grand espace d'activités de la vallée, coincée par des voies de déplacement que l'on ne peut pas agrandir. Des habitants dont la vie est tournée davantage vers Grand Chambéry que Grand Lac.

Alors ce PDU ?

  • Il devait être voté et arrêté le 17 mars 2018 à Grand Lac, la date a été reportée au mois d'avril, suite aux alertes municipales.
  • aucune présentation n'en a té faite en conseil municipal
  • aucun élu de la majorité municipale n'y a participé
  • aucun besoin bourgetain n'y est défendu
  • l'usage des transports par les scolaires ou les touristes n'y figure pas

Certains points y sont néanmoins interessants mais renvoient en bloc vers le nécessaire financement de ces ambitions. Dont la seule voie sera une augmentation de la taxe transport afin que celle pratiquée sur el territoire de Grand Lac évolue vers celle pratiquée sur le territoire de Grand Chambéry.

Donnons-nous les moyens de protéger notre vallée, notre santé et vivre ensemble dans notre territoire avec une offre de mobilité plurielle et efficace !

Un élu de notre équipe a rencontré Mme François pour alerter sur le contenu de ce document et a sollicité sa présentation en conseil municipal afin d'organiser un débat sur la problématique des transports à minima au sein du conseil.